Épreuve marathon – Jour 2

Par 2fillesdefils

Voilà. Nous sommes sorties du désert. Terminées les pistes, ces paysages grandioses, le pilotage de dingue, les sensations de folie… Bon, on va être clair, cher lecteur, pour cette dernière spéciale… on EN A CHIE !!! (La police du politiquement correct peut aller lire ailleurs #cestdit), Ce jour 2 était aussi très technique. Vraiment dur. Les navigatrices ont trouvé quand même un peu moins rude qu’hier mais des points très complexes. 8h non stop à se taper du caillou, de la poussière épaisse comme du brouillard, il a fallu être hyper prudentes, ça pouvait vraiment être dangereux, 0 vent aujourd’hui, donc 0 visibilité. Pas le choix, ralentir, stopper et attendre que la poussière retombe.

8h à tourner, virer, franchir, passer des trous, naviguer dans le sable, éviter les pierres… C’était vraiment intense mais encore une fois, du plaisir pur en pilotage. Soyons réaliste, la chance de piloter un engin comme le Raptor joue énormément. La réponse aux manœuvres, l’énergie du moteur, la capacité de freinage, la force des amortisseurs… (on s’est « offert » 2 sauts imprévus, des vrais! #adrénaline+++). Il faut dire aussi que la journée a démarré après une nuit un peu chaotique et un trapèze bien contracté pour ma pomme. Ce qui a engendré une épaule droite et des cervicales légèrement… moins mobiles, dirons-nous #euphémisme. Bon, on va pas chouiner pour si peu, nous sommes entières. Et le carrosse aussi, ainsi que ses 4 roues !!! On est quand même ravies de n’avoir pas crevé!

Bref, on a démarré toutes fatiguées, 8 degrés au réveil. Au sortir du duvet, ça pince. Sévère. Mais, comme d’habitude, on réfléchit pas et on avance. Nous avons donc roulé de 7h30 à 15h30 non stop. Enfin si. Pour les pauses pipi bien sûr (je crois que tout le monde a compris le concept, sinon, cf. Billet d’hier pour révision générale ;-)).

Objectif du jour : (1) avoir tous les CP virtuels (2) se tirer au plus vite du merdier #laclasse (3) ne pas se perdre. Les photos ne révèlent pas les « traîtrises » du désert. Les reflets du soleil sont éblouissants. Tu ne sais plus si le sable est sec ou mouillé. S’il y a une cassure sur la piste ou pas. Profonde ou pas. Les plateaux sont immenses. La pierre uniforme. Se repérer est un défi et discerner les détails un exploit! Donc, tu peux passer 30 min, 45 min, à chercher dans une zone qui semble restreinte (mais non! La ligne sableuse cache un relief derrière lequel tu découvres… un nouvel oued!). On a donc jardiné dans l’après-midi. Et là, les nerfs ont été soumis à rude épreuve. Les copilotes étaient démunies et les pilotes elles, pouvaient s’éclater au volant. Avec quand même l’inquiétude de ne pas être sûres de la direction suivie. Et la volonté de ne pas y passer la journée.

Personnellement, je redoutais la fin (au contraire d’Amandine qui était contente d’en voir le bout, comme d’autres). J’aurais pu continuer quelques jours de plus. Le désert a vraiment quelque chose de spécial. De l’ordre du mystique – comme déjà écrit, je persiste et signe -. Et de l’initiatique. Conjugué au plaisir du pilotage, un rêve réalisé pour moi.

Comme tout rallye raid, le Rose des Sables nous pousse dans nos retranchements. Certains penseront, je suppose, que c’est un rallye de fillettes : qu’ils viennent en discuter avec nous ;-). On nous l’avait dit, c’est vrai : une bonne condition physique est nécessaire, mais surtout, un mental d’acier. Pour toutes. Ce sont 12 jours de lutte contre soi-même non stop. 12 jours au cours desquels on pense que le pire est passé. Mais non. Il y a toujours plus fatigant, plus difficile, plus poussiéreux, plus inconfortable. Et on le fait. Nous l’avons fait. Nous avons bouclé notre premier rallye raid dans le désert. Difficile de prendre conscience de cette affirmation. Une réalité pourtant. Ce soir, chacune fait face à des émotions très personnelles. Ce que je peux te dire cher lecteur, c’est que, nous avons hâte de retrouver nos proches qui nous manquent, mais pas forcement envie de quitter ce beau désert. C’était un magnifique rallye. Intense, puissant, physique, plein d’émotions et de grand moments. Un seul souhait pour ma part : qu’il ne soit pas le dernier ✨

3  Commentaires

 

Par  Nicolas du Pontavice, le  25/10/2019

Nous sommes super fiers de ce que vous avez réalisés. Votre classement sont plus qu’honorables. Un très GROS BRAVO. Nous avons hâte de vous retrouver. Vous aurez sûrement beaucoup de choses à raconter, besoin de détendre, vous laver et de vous reposer.

Répondre
 

Par  Marie-Pierre B., le  25/10/2019

Belle expérience en tout les cas...et merci de l’avoir partagée...

Répondre
 

Par  Eliane B., le  25/10/2019

Allez, encore un p'tit effort … L'arc de triomphe au bout. Je voudrais être moustique pour assister aux retrouvailles. Gros gros bisous à tous.

Répondre
Laisser un commentaire

Répondre à Anonyme Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 Responses to Épreuve marathon – Jour 2

  1. Nicolas du Pontavice dit :

    Nous sommes super fiers de ce que vous avez réalisés.
    Votre classement sont plus qu’honorables. Un très GROS BRAVO.

    Nous avons hâte de vous retrouver.

    Vous aurez sûrement beaucoup de choses à raconter, besoin de détendre, vous laver et de vous reposer.

  2. Marie-Pierre B. dit :

    Belle expérience en tout les cas…et merci de l’avoir partagée…

  3. Eliane B. dit :

    Allez, encore un p’tit effort … L’arc de triomphe au bout.
    Je voudrais être moustique pour assister aux retrouvailles.
    Gros gros bisous à tous.

Répondre à Anonyme Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *